Skip to content

Qui suis-je ?

Photo du 06-09-2014 à 14.45

             Francine Saal

Gestalt-thérapeute agréée par le CEG-t et superviseure

Je suis diplômée de l’Institut Français de Gestalt-thérapie IFGT – Bordeaux et membre agréée du Collège Européen de Gestalt-thérapie de langue française CEG-t et membre de l’Affop Association Fédérative Française des Organismes de Psychothérapies relationnelle et psychanalytique et j’adhère au code de déontologie du CEG-t. Membre de la commission d’agrément du CEG-t.

J’accompagne des patients qui sont en recherche de sens et qui sont en souffrance psychique. Psychothérapie individuelle et en groupe. Je suis formée à la systémie et j’accompagne des familles et des couples.

Superviseure, j’accompagne des gestalt-thérapeutes et autres praticiens de la psychothérapie.

J’anime des groupes ponctuels autour des thèmes suivants :

Depuis janvier 2008, je suis membre de l’équipe de lInstitut GREFOR Recherche Formation – Grenoble (38) – Formation de gestalt-thérapeute, en tant que responsable administratif et coordinatrice.

Le titre de psychothérapeute

Depuis 1965, la profession se régule autour d’institutions (PSY’G, SNPPsy, Affop, FF2P). Le psychothérapeute est formé spécifiquement à la psychothérapie, son parcours, les critères de reconnaissance.

En 2003, l’article 52 de la loi du 9 août 2004 (JO no 185 du 11 août 2004 page 14277), appelé parfois « amendement Accoyer », du nom de son principal inspirateur, visait à règlementer l’usage du titre de psychothérapeute. Mais, suite à une intervention du Conseil d’État, jugeant la formulation de cette loi ambigüe, il devint impossible d’en publier les décrets d’application. La loi du 24 juin 2009 « Hôpital, patients, santé et territoires » (article 91) modifia cette première version de la loi en abandonnant la notion de « membre de droit ».

Elle institua l’obligation d’une formation universitaire pour tous les nouveaux psychothérapeutes. Ces modifications levèrent la contradiction interne de la première version de la loi ce qui permit la parution de son décret d’application. Celui-ci a été publié le 20 mai 2010 (Décret du 20 mai 2010 no 2010-534, JORF no 0117 du 22 mai 2010 page 9448) et d’éventuelles sanctions pour usage illégal du titre de psychothérapeute deviennent donc applicables à partir du 1er juillet 2010, date de son entrée en vigueur.

En 2003, je me suis sentie fortement mobilisée pour que le titre ne soit pas « confisqué » aux psychothérapeutes.

En 2004, avec Marie France Bourgeais,  gestalt-thérapeute à  ST Brieuc et Frédéric Brissaud, co-fondateur de l’Institut Grefor Recherche formation de Grenoble et gestalt-thérapeute, nous avons voulu informer le grand public de la différence entre les différents acteurs du champ Psy.

Depuis 2004, plus de 50 000 exemplaires du Fascicule ont été diffusés et sont encore en diffusion auprès des gestalt-thérapeutes.

En mai 2010, les décrets d’application de la Loi ont été votés et appliqués. Aussi, nous avons réactualisé le Fascicule pour remplacer le titre de psychothérapeute désormais réservés aux médecins, psychologues, et aux anciens psychothérapeutes qui ont plus de 5 ans de pratique et ayant déposé un dossier à l’ARS.

La tournure du titre est devenu plus dans la visée médicale et psychiatrique dans laquelle je ne me reconnais pas et à laquelle je n’adhère pas. C’est pourquoi j’ai choisi d’abandonner ce titre et de garder le titre de gestalt-thérapeute.

Publicités